Transformers: l’âge de l’extinction, un 4 ème opus musclé (pas de spoiler)

0 1158

Michael Bay est décidément un expert des films d’action. Malgré une durée de plus de 2 heures et demi, les aventures des Autobots ne souffrent aucun répit.

Voilà le topo: 5 années après la destruction de Chicago suite à une terrible bataille mêlant Autobots et Decepticons, tous les Transformers sont traqués, détruits. Certains sont exploités dans le but de fabriquer des Transformers artificiels, futurs soldats à la solde des êtres humains. Un certain Cade Yeager, incarné par Mark Wahlberg, ingénieur et inventeur complètement fauché, rachète un vieux camion pour le démonter et revendre les pièces. Ce vieux tas de ferraille est en réalité le chef des Autobots, Optimus Prime. En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, voilà que des soldats débarquent pour le capturer. Aidé de Yaeger, sa fille Tessa et son boyfriend, Optimus réussi à s’enfuir. Mais la traque ne fait que commencer…

transformers-4-optimus

Très centré sur Optimus Prime, ce volet est dense et se déroule à vitesse grand V. Les plans de soleil couchant, de grands espaces Texans se succèdent pour laisser place à des combats acharnés contre de nombreux ennemis, humains et aliens. Les voitures sont rutilantes, Mark Wahlberg a les biceps saillants et la BO impeccable rythme parfaitement l’action. Bref, c’est du lourd.

Honnêtement j’avais peur que la franchise Transformers s’essoufle, et de m’ennuyer du fait d’une durée du film de 165 mn. Mais non, les lunettes 3D vissées sur ma tête, j’en ai pris plein la vue.

Le choix de remplacer Shia Laboeuf, empêtré dans de nombreux scandales, est judicieux et Mark Wahlberg est parfait en gros dur Texan au grand cœur.

Comme tout bon gros blockbuster, Transformers 4 allie batailles et humour avec malice, pour un spectacle exceptionnel et enlevé.

On pardonnera facilement les 2-3 répliques simplistes et le défilé de nombreuses marques.

A voir sans hésitation.

NO COMMENTS

Leave a Reply